mardi 17 juin 2014

La prise de La Mecque

La prise de La Mecque

Le Prophète s’enferma dans la Kaaba avec Usâma et Bilâl. Il se plaça face au mur opposé à la porte, à trois coudées de celui-ci. À l’emplacement où il se trouvait, il avait deux piliers à sa gauche, un pilier à sa droite et trois piliers dans son dos. En effet, la Kaaba était à l’époque soutenue par six piliers. Il pria là un moment. Puis il tourna dans l’Édifice en proclamant la grandeur et l’unicité de Dieu de chaque côté. Il ressortit finalement sous les yeux des Qurayshites attroupés qui attendaient de voir ce qu’il allait faire. Empoignant les deux montants de la porte pour s’appuyer, il s’adressa aux gens en contrebas :


Il n’est de dieu que Dieu, seul et sans associé. [Le Seigneur] a honoré Sa promesse et a secouru Son serviteur ; Il a triomphé seul des coalitions.
Sachez que tout privilège dû à un héritage, une richesse ou un lien de sang est [aujourd’hui] aboli[1], à l’exception des fonctions de gardien de la Kaaba et de gestion de l’eau destinée aux pèlerins.
Sachez que le prix à payer pour tout meurtre dit « accidentel », dû à des coups de bâton ou de fouet, sera très lourd[2]. Il sera fixé à cent chameaux, dont quarante en gestation.

Peuple qurayshite, Dieu vous a débarrassé de l’arrogance nobiliaire du temps de l’ignorance et de la prétention à une supériorité héréditaire. Les hommes descendent tous d’Adam, et Adam fut créé de terre.
« Êtres humains, nous vous avons créés [selon un partage] d’hommes et des femmes, et Nous vous avons répartis en peuples et en tribus pour que vous appreniez à vous connaître. Assurément, les plus nobles d’entre vous aux yeux de Dieu sont les plus attentifs [à ne pas déplaire à Dieu][3]. Dieu est Le Savant et Le Bien-Informé »[4].

Après ce discours, le Prophète demanda : « Peuple qurayshite, que croyez-vous que je m’apprête à faire de vous ? » Ils répondirent : « Que du bien, car tu es un frère et un cousin magnanime ! » Il poursuivit : « Eh bien ! je vous dirai comme Joseph a dit à ses frères : Nul reproche ne vous sera fait ce jour[5]. Allez, vous êtes affranchis ! »




[1] Litt. : sous mes pieds.
[2] Ce jugement visait principalement à protéger les esclaves et les personnes de condition fragile.
[3] Ou : les plus pieux ; je me permets ici cette traduction peu habituelle. Le terme taqwa est généralement traduit par « piété », ou crainte révérencielle. Au sens propre, il signifie le fait de se prémunir : de parer [à un danger ou à un mal]. Par extension, il évoque l’idée de faire attention à bien faire, d’être consciencieux dans les actions, de s’astreindre à une bienfaisance précautionneuse.
[4] Coran, 49 : 13.
[5] Coran, 12 : 92.

Libellés : , ,

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil