dimanche 29 juin 2014

L'amour universel, un cheminement soufi

Quatrième de couverture:
Mobile premier de l’existence, selon les maîtres soufis, l’amour a toujours été un thème central de la mystique musulmane. Le vaste héritage qu’il compose s’étend de la prose à la poésie en des formes singulières toutes rattachées à des principes communs qui en font la cohérence. Le présent ouvrage n’est rien de moins que la première étude approfondie en langue française du thème de l’amour dans l’enseignement soufi.


lire davantage »

Libellés : , , , , , , ,

Amour universel, précision.

Une précision sur la notion "d’Amour universel".

S’il est entendu que la création est un acte d'amour, cette création dans son ensemble doit servir le projet d'amour divin. En ce sens, l’amour universel consiste à comprendre, puis à servir ce projet, en devenant un « serviteur pur », tel que le comprennent les maîtres soufis.

Aimer universellement, c’est aimer tout ce qui est aimable : c’est aimer Dieu dans toutes ses manifestations. Ce qui implique de reconnaître celles-ci en toute chose. Il ne s’agit donc pas d’aimer l’haïssable, lequel n’est autre que l’absence de Dieu dans les choses selon ce même enseignement des maîtres.

Libellés : , ,

L'acte créateur

Selon l’avis unanime des plus grands maîtres soufis et des savants musulmans qui ont consacré de leur plume à cette question, l’amour de Dieu est une évidence, bien qu’indéfinissable, à l’origine même de la création.
Le Sheikh Muhyî ad-Dîn Ibn ‘Arabî, cet éminent et illustre gnostique que les gens de la voie surnomment « Le plus grand des maîtres », associe la conviction de la création du monde par amour à une parole prophétique
lire davantage »

Libellés : , , , , , , , , ,

L'amour narcissique

L’acte créateur, en tant que volonté de Dieu de se faire connaître, apparaît comme le fruit d’un amour ne sortant pas de Sa Personne. Muhammad al-Daylamî dit en ce sens:
 « L’amour, en son origine, découle du fait que le Très-Haut ne cesse d’être caractérisé par Sa [divine] dilection. C’est en Lui un attribut permanent. Du fait qu’Il ne cesse de Se regarder, par Lui-même et pour Lui-même, de la même façon qu’Il est existent à Lui-même, par Lui-même et pour Lui-même.

lire davantage »

Libellés : , , , , , , , ,

L'amour dispensateur

Ne te laisse abuser, l’amour à ses repères :
L’amant sait par ses dons courtiser l’être cher ![1]

                                   Abû Turâb an-Nakhshabî

L’amour de Dieu contemplatif de Soi est le premier des deux aspects de l’amour divin. Car si au niveau de l’Essence divine, il n’y a plus ni amant, ni aimé, sur le plan de l’existence, l’aimant implique l’aimé, ce qui suppose une dualité, même si celle-ci demeure relative.
lire davantage »

Libellés : , , , , , , , , , ,

Amour de donner et amour de recevoir

Si l’on considère l’amour comme un flot tendant vers un but et s’épuisant en celui-ci, comme chacun des pôles pris séparément le laisse penser, il est évident qu’une fois l’objet atteint, le désir ne peut que s’éteindre en celui-ci. Mais si on le voit comme une spirale oscillant entre deux pôles et retournant éternellement à son centre, il n’y a pas de terme, et donc, pas d’épuisement nécessaire au cours de l’amour.
lire davantage »

Libellés : , , , , ,

Ivresse spirituelle

Viens commensal et vois la volte des calices :
Les plus fiévreux amants de ma lie se nourrissent !
Qui à l’amour prétend, je domine et surpasse ;
Dieu, m’approchant de Lui, d’un regard me fit grâce.
Si quelqu’un croit pouvoir d’ardeur rivaliser,
Qu’il vienne à mon brasier sa flammèche opposer !
lire davantage »

Libellés : , , , , ,

De la quête paradoxale

Tu ne saurais trouver une chose que tu ne cherches pas. Excepté dans le cas du Bien-Aimé : avant de L’avoir trouvé, tu ne Le cherches pas.
Lorsque l’homme désire une chose qu’il n’a pas trouvée, il la recherche jour et nuit. Mais sa recherche serait étonnante si elle ne cessait après avoir trouvé l’objet de son désir. En effet, un désir se portant sur un objet déjà trouvé ne peut se figurer dans l’esprit humain ; l’homme ne peut imaginer un désir semblable, car il est attiré par le nouveau. La recherche portant sur la chose déjà trouvée est propre à Dieu.

Roumi

Extrait de "l'amour universel, un cheminement soufi"

Libellés : , , , ,

Martyres d'amour

À votre union exquise aspire l’âme éprise.
Elle en est l’ocre verre et l’odorante brise !
Les cœurs des soupirants, de vous révérer meurent ;
Ils ne trouvent repos qu’où votre effluve fleure.
Puisse envers ces amants le sort être clément,
Eux qui entretenaient l’ardeur ouvertement.
Car deux sortes d’amants contrastent, voyez-vous :
Les premiers nient l’amour et les autres l’avouent !
lire davantage »

Libellés : , , , , , ,

La voix du Ney

Entends ce doux récit que nous livre le Ney :
De la rupture il plaint la douleur nonpareille.
Il dit :
lire davantage »

Libellés : , , , , ,

Amour et souvenir

Au souvenir de Dieu on me dit employé.
Il faudrait que mon cœur pût d’abord L’oublier !
lire davantage »

Libellés : , , , , , , , ,

Les contraires

"Une des caractéristiques de l’amour est que l’amant concilie en son amour les contraires, afin qu’il puisse être réellement à l’image de Dieu, en vertu de la capacité à choisir dont il dispose. C’est la différence entre l’amour naturel et l’amour spirituel. Or l’être humain rassemble les deux. Et s’il concilie les contraires en son amour, c’est qu’il est à l’image de Dieu qui Lui-même s’attribue les contraires.
lire davantage »

Libellés : , , , , ,

Ambition spirituelle

Qui la sobriété adopte en ce bas monde,
Épuise en vain le temps de sa vie inféconde ;
lire davantage »

Libellés : , , , , ,

Amour et unicité

L’homme conscient du lien divin unifiant tous les êtres ne s’envisage plus séparément de ceux-ci sous un certain rapport. Ce qui change sa relation au monde et élargit l’objet de son amour. Citons al-Jîlî :

Tous les êtres créés sont des flocons de neige
Et Toi Tu en es l’eau, ou la source, dirais-je :
lire davantage »

Libellés : , , , , , ,

samedi 28 juin 2014

Amour inconditionnel

Abû Shihâb Al-Sohrawardî, dit dans son 'Awârif al-ma'ârif :

L’Envoyé de Dieu a dit : « Mon fils, si tu peux préserver ton cœur, du matin jusqu’au soir, de concevoir de la malveillance pour qui que ce soit, fais-le. » Puis il ajouta : « Mon fils, cela fait partie de ma tradition. Or quiconque perpétue ma tradition perpétue mon existence ; et quiconque perpétue mon existence sera à mes côtés au paradis. » C’est le plus parfait honneur et mérite dont nous ait informés l’Envoyé de Dieu au sujet de qui perpétue sa tradition. Il se trouve que les soufis sont ceux qui perpétuent cette tradition : leur application à purifier leur cœur de toute rancœur et de toute malveillance est le pilier de leur orientation…
lire davantage »

Libellés : ,

Objet d'amour

L’amour implique donc un acquis de connaissance procédant d’une expérience. Mais s’il procède d’une expérience, il implique néanmoins une prédisposition à aimer.
lire davantage »

Libellés : , , ,

Troublant idylle

Ah ! Puissé-je savoir qui est l’objet que j’aime ?
Est-Il autre que moi ou bien est-Il moi-même ?
Si je suis cet objet et chéris ma personne,
Je suis ce que je brigue et ce que j’affectionne !
Or cela se peut-il en un individu ?
Quoi, cet homme serait le galant éperdu,
Tout en étant celui à qui la flamme est due ?
lire davantage »

Libellés : , , , , , , ,

Amour détaché

Ibn ‘Atâ’ Allâh disait : « Il te permet de porter ton regard au sein des êtres, mais Il ne te permet pas d’arrêter [ta conscience] à ces êtres eux-mêmes. « Dis : observez ce qui se trouve dans les cieux. »[1] Dieu n’a pas dit : observer les cieux. »
À l’image du temps qui en est la représentation la plus évidente, le contingent demeure infiniment fuyant. Quant à l’éternel, il est cette infinie contenance des contingences qui ne cesse d’être dans les choses. Qui regarde les contingences, regarde donc le vide. Mais qui regarde la Présence éternelle au sein de celles-ci regarde Dieu.
lire davantage »

Libellés : , , , , ,

Entre désordre et distinction harmonieuse

« [la] souveraine unité de l’acte divin est opposée à la confusion et au désordre, non à la distinction ou variété, qu’elle emploie au contraire pour en composer la beauté… »

Saint François de Sales
(Traité de l’amour de Dieu, Livre II, Chap. 5.)

Libellés : , , , ,

vendredi 27 juin 2014

Eloges du Prophète


Éloges du Prophètes, Idrîs de Vos

Libellés : , , ,

Eloge du prophète, busîrî

Combien d’enchantement est sa genèse pleine :
Façonné tout de grâce, avenant et amène ;
Tendre comme une fleur noble comme la lune ;
Clément tel l’océan, grave tel la fortune.
lire davantage »

Libellés : , ,

Eloge du Prophète, Nabahânî

O maître dont l’empire enceint de soi les mondes,
Toi dont est la bonté comme la mer féconde,
Ce qu’ont les plus cléments de générosité,
N’est qu’une perle d’eau, de tes flots empruntée ;
lire davantage »

Libellés : , ,

mercredi 25 juin 2014

Poésie arabo-andalouse


Libellés : , , ,

Foison d'amour


Ces raisons à foison qui me font te chérir,
Ma raison, stupéfaite, en ignorant l'empire.
Dis à l'amour qui, là, galope à perdre haleine,
Que mon cœur pour son pas offre une immense arène.

Ibn Zaydoun






















Calligraphie, Mounir El Khourouj

Libellés : , , ,

Campement

Sut-elle au campement, gazelle de l'amant
Qu'elle brûla ce cœur qui était sa demeure
Entre intense chaleur et violents battements
Comme se joue le vent du tison qui se meurt

(Calligraphie Mounir El Khourouj)





Libellés : , , ,

Prix de l'union

Prix de l'union

On me dit: L'aparté
Est, d'elle, périlleux.
Mais, voilà, sa cherté,
En attise le vœu!

Ibn Abad


(Calligraphie, Mounir El Khourouj)

Libellés : , ,

Lune

J’ai prêté attention, lune, à tes confidences,
En mon nocturne pas, partageant ma conscience
Entre un œil et une âme aux sens en résonance.
lire davantage »

Libellés : , ,

Union

Il est bien désolant de voir que notre union
Est cette dette échue que nous atermoyons ;
Qui harasse en recours l’ayant droit qui l’attend,
Quand le prix de l’amour, lui, se paye comptant !
lire davantage »

Libellés : ,

Vol de perdrix


De ces perdrix aux cieux, le vol accroît ma peine,
Libre en tout qu’elles sont, sans geôle, liens ou chaînes !
Et ce n’est, Dieu m’en garde, une pensée jalouse,
Mais j’eusse aimé qu’un peu mon sort le leur épouse.
lire davantage »

Libellés : ,

lundi 23 juin 2014

Intention pureté et sincérité


"Revivification des sciences religieuses" (ihyâ' 'ulûm al-dîn), chapitre de l'intention, de la pureté et de la sincérité.

Libellés : , ,

L'intention et l'action



Les œuvres du cœur sont fatalement supérieures aux actions accomplies par les membres. Il s’en suit que la bonne intention dans son ensemble a la précellence. Parce qu’elle est l’expression de l’inclination du cœur pour le bien et de sa volonté d’agir en ce sens. Le but des œuvres de piétés extérieures se résume donc à accoutumer le cœur à vouloir le bien et à établir en lui l’inclination en ce sens.
lire davantage »

Libellés : , ,

dimanche 22 juin 2014

Vigilance du coeur et examen de conscience


Extrait du "revivification des sciences religieuses" (ihyâ' 'ulûm al-dîn), chapitre de la vigilance du coeur et de l'examen de conscience.

Libellés : , ,

Vigilance du coeur

[...]On rapporte qu’un cheikh de cette voie avait un élève qu’il honorait et à qui il donnait la préséance. Un compagnon du maître s’adressa à lui un jour et lui demanda : « Pourquoi fais-tu tant de faveurs à ce jeune homme plutôt qu’à nous qui sommes des vieillards ? » Le Cheikh demanda qu’on apporte des volailles. Il donna à chacun des ses compagnons une volaille et un couteau et leur dit : « Que chacun de vous se retire dans un coin où personne ne le voit et égorge sa volaille. »
lire davantage »

Libellés : , ,

samedi 21 juin 2014

Biographie du Prophète, le Nectar Cacheté

Biographie du Prophète, Le Nectar Cacheté.

Libellés : ,

vendredi 20 juin 2014

L'amour des compagnons pour le Prophète.

Quant à ses compagnons et amis, ils le chérissaient plus que leur propre personne. Leur amour les faisait incliner vers lui aussi naturellement que l’eau court dans son lit ou que le fer court à l’aimant. Un poète a dit :

Sa forme est le substrat de tout corps existant,
Et de l’amour des cœurs, l’irrésistible aimant.

Leur amour était si inconditionnel qu’ils étaient prêts à donner leur vie pour lui éviter le moindre mal.
lire davantage »

Libellés : ,

jeudi 19 juin 2014

Le Prophète à Al-Tâ'if



Il resta à Al-Tâ’if durant dix jours, adressant son Message à toutes les personnalités éminentes. Mais leur seule réponse fut de lui dire : « Quitte nos terres ! » Ils aiguillonnèrent si bien l’impudence des sots et des esclaves parmi eux, que lorsque le Prophète décida finalement de partir, ceux-ci l’escortèrent en le huant et en proférant des insultes. Les gens formèrent deux rangées autour de lui et lui jetèrent des pierres tout en l’accablant d’invectives.
lire davantage »

Libellés : , ,

mercredi 18 juin 2014

L'arrivée à Médine



Après la prière du vendredi, le Prophète entra à Yathrib. C’est ce jour qu’elle fut rebaptisée : Médine (la Ville [du Prophète]). Ce fut un jour historique entre tous. Les demeures et les rues vibraient sous la clameur des louanges et des sanctifications. Pour exprimer leur joie, les filles des Ansâr chantaient les vers suivants :

Sur nous s’est épanchée la clarté d’une lune,
Du Col des adieux, au-dessus de Médine.
Tant qu’homme assumera de prêcher le Seigneur,
Il nous incombera de rendre grâce encore.
Toi qui fus envoyé parmi nous par le ciel,
À ton ordre [et ton vœu] nous resterons fidèles.
lire davantage »

Libellés : , ,

mardi 17 juin 2014

La prise de La Mecque

La prise de La Mecque

Le Prophète s’enferma dans la Kaaba avec Usâma et Bilâl. Il se plaça face au mur opposé à la porte, à trois coudées de celui-ci. À l’emplacement où il se trouvait, il avait deux piliers à sa gauche, un pilier à sa droite et trois piliers dans son dos. En effet, la Kaaba était à l’époque soutenue par six piliers. Il pria là un moment. Puis il tourna dans l’Édifice en proclamant la grandeur et l’unicité de Dieu de chaque côté. Il ressortit finalement sous les yeux des Qurayshites attroupés qui attendaient de voir ce qu’il allait faire. Empoignant les deux montants de la porte pour s’appuyer, il s’adressa aux gens en contrebas :
lire davantage »

Libellés : , ,

lundi 16 juin 2014

L'éloge du Prophète de Ka'b Ibn Zuhayr


Ka‘b faisait partie d’une famille de poètes[1], et il était lui-même un des poètes les plus talentueux de son époque. Mais à l’apparition de l’islam, il employa d’abord son art à satiriser le Prophète. Lorsque celui-ci revint de l’expédition d’Al-Tâ’if, en l’an 8 de l’hégire, Jubayr, le frère de Ka‘b, envoya un courrier à celui-ci pour l’informer que l’Envoyé de Dieu avait fait tuer un homme de La Mecque qui médisait de lui et le maltraitait, si bien que tous les poètes qurayshites avaient pris la fuite. Il lui disait dans son message : « Si tu tiens à la vie, rends-toi sans tarder chez l’Envoyé de Dieu, car il ne tue jamais un homme se présentant à lui repentant. Sans quoi, enfuis-toi bien loin. »
lire davantage »

Libellés : , , ,

dimanche 15 juin 2014

La mort du Prophète dans les bras de 'Â'isha


L’agonie du Prophète commença. ‘Â’isha l’appuya contre elle. Plus tard, elle disait : « Une des grâces que Dieu m’a faites est que l’Envoyé de Dieu est mort dans ma chambre, le jour qui m’était dévolu, la tête entre ma poitrine et mon menton ; il a également fait en sorte que ma salive soit mélangée à la sienne au moment de sa mort.
lire davantage »

Libellés : , ,

samedi 14 juin 2014

Les vertus prophétiques


La clémence, lorsqu’il était en position de force, la patience face aux nuisances, la longanimité et l’abnégation, faisaient partie des vertus sur la base desquels Dieu l’avait éduqué. Tout homme, si magnanime soit-il, est susceptible d’être mis en défaut. L’Envoyé de Dieu, quant à lui, opposait à tout surcroît de nuisance un surcroît de patience, et à tout surcroît de malveillance un surcroît d’indulgence. ‘Â’isha relate à ce sujet : « Lorsque le Prophète avait le choix entre deux possibilités, il optait toujours pour la plus aisée, à moins que l’une soit répréhensible. Si une action était répréhensible, il y était le plus résolument opposé. Il ne cherchait jamais vengeance pour lui-même.
lire davantage »

Libellés : , ,