lundi 1 juillet 2013

Les secrets de l'aumône légale et du don charitable


Un certain nombre de gens prêtaient à la dissimulation des aumônes une telle importance qu’ils s’efforçaient de faire en sorte que le bénéficiaire ignore leur identité. Certains déposaient ces aumônes dans les mains d’aveugles. D’autres les déposaient dans des lieux de passage des pauvres ou dans des lieux fréquentés par ceux-ci, de manière à ne pas être vus par eux. D'autres les déposaient dans les vêtements des pauvres lorsque ceux-ci dormaient. D’autres les faisaient parvenir par l’intermédiaire d’un tiers en recommandant à celui-ci de ne pas révéler leur identité.


Lorsqu’un individu brigue la notoriété à travers ses dons, le bénéfice de ceux-ci est invalidé. Parce les aumônes ont initialement pour fonction d’affranchir l’être de son avarice et d’amenuiser son inclination pour l’argent. Or, le désir de notoriété a sur les âmes une plus forte emprise que la convoitise de l’argent elle-même. Ces deux travers ont de funestes conséquences dans l’au-delà. 
Le fidèle est donc enjoint de les affaiblir ou de les tuer pour écarter ou limiter leur nuisance. Lorsque l’individu vise à travers son aumône l’ostentation et le désir de notoriété, c’est comme s’il renforçait ceux-ci en proportion de ce qu’il affaiblissait son avarice. Il se fatiguerait donc moins à ne rien changer. Renforcer un travers consiste à œuvrer conformément à ses exigences ; et l’affaiblir consiste à s’efforcer de le contrarier et à agir à l’inverse de ses exigences. Quel intérêt y a-t-il donc à ce qu’un individu s’oppose aux mobiles de l’avarice pour se conformer aux mobiles de l’ostentation, ne faisant en cela qu’affaiblir le plus immédiat au profit du plus fort ?

Libellés : ,

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil