dimanche 30 juin 2013

Vertu

L’affection découle du caractère vertueux des hommes ; à l’inverse, la désaffection découle du caractère vicié des hommes. La vertu appelle l’amour partagé, la concorde, l’harmonie ; le vice appelle l’exécration mutuelle, la rancœur réciproque et la division. De louables actions ont ainsi de louables conséquences.

Il n’échappe à personne qu’une bonne complexion participe méritoirement de la religion. Le Très-Haut loue précisément Son Prophète – grâce et paix lui soient consenties – en considération de sa vertu. Il déclare : « Tu es d’une complexion sublime. »[1]
Et le Messager de Dieu – grâce et paix lui soient consenties – a dit lui-même à ce sujet : « Les dispositions valant au plus grand nombre de gens d’entrer au Paradis sont la piété et la bonne complexion. »
Usâma Ibn Sharîk fait à ce sujet le récit suivant : « Nous nous adressâmes un jour [à l’Élu] : « Ô Envoyé de Dieu, quel est le plus grand bien pouvant être consenti à l’homme ? » − « La bonne complexion. », répondit-il.
Le prophète – grâce et paix lui soient consenties − précisa également : « J’ai été envoyé pour parfaire les nobles vertus. » ; « Rien ne fait plus pencher la balance en faveur de l’individu qu’une bonne complexion. » ; « Quand Dieu donne à quelqu’un une belle complexion et une belle constitution, Il ne saurait ensuite lui faire goûter le feu. » Il déclara un jour à Abû Hurayra : « Ô Abû Hurayra, je t’enjoins d’adopter un caractère vertueux. » Celui-ci – Dieu soit satisfait de lui – lui demanda : « En quoi consiste un caractère vertueux ? » Le Prophète répondit : « À renouer les liens avec qui ne t’aime plus, à pardonner à qui te fait du tort et à donner à qui te prive. »



[1] Coran, 68 : 4.

Libellés : , , ,

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil