dimanche 27 janvier 2013

Être et non être

Le Sheikh Muhyî Al-Dîn Ibn 'Arabî déclare: "Lorsque le Très-Haut créa le monde, Il lui fit entendre Sa parole alors qu’il était encore circonscrit dans le non-être. Il lui dit en effet « sois ! » Le Très-Haut voyait le monde à cet instant, mais celui-ci ne Le voyait pas. Parce que les yeux de l’ensemble des possibles étaient couverts du voile du non-être. N’étant que non-être, ils ne pouvaient appréhender l’existence, tout comme l’obscurité se dissipe en présence de la lumière et tout comme il n’y a plus de lumière dans l’obscurité.
Il en va de même du non-être et de l’existence. Aussi, lorsque le Vrai ordonna aux possibles de se conformer ainsi que leur possibilité le requérait et de devenir réceptives, s’empressèrent-ils d'observer ce qui était en train de se produire. Ils avaient en effet la faculté de voir, de même qu’ils avaient la faculté d’entendre, en tant que réalités archétypales, non en tant que réalités existantes. Puis, lorsque le possible fut existencié, il s’imprégna de lumière et le non-être cessa. Il ouvrit ses yeux et vit l’existence du bien absolu. Il ne savait pas qu’il s’agissait de Celui qui lui avait ordonné d’être, et l’épiphanie lui dispensait la science de ce qu’il voyait, non la science du fait que ce qu’il voyait était Celui à qui il devait l’existence. Lorsqu’il fut imprégné de lumière, il se tourna à gauche et vit le non-être. Voulant vérifier ce qu’il voyait, il constata que ce non-être provenait de lui-même, comme une ombre se projette d’un corps à qui fait face la lumière. Il demanda : « Qu’est-ce là ? La lumière lui répondit depuis sa droite : « c’est toi ! Car si tu étais toi-même la lumière, l’ombre n’aurait lieu d’apparaître. Quant à moi, je suis la lumière, j’en suis le point de départ. Et la lumière dont tu disposes pour ta part te vient du fait que tu me fais face en ton Essence. Tu dois donc savoir que tu n’es pas moi. Je suis la lumière sans ombre et tu es la lumière mêlée à ton possible. Aussi, si tu t’apparentes à moi, je te fais face ; et si tu t’apparentes au non-être, celui-ci te fait face. Tu es donc la source d’existence et de non-être, et tu demeures entre le bien et le mal. Si tu te détournes de ton ombre, tu te détournes de ton possible et si te détournes de ton possible, tu m’ignores et ne me connais pas. Car rien ne t’indique que Je suis ton Dieu, ton Seigneur et ton Existenciateur, si ce n’est ton possible, c'est-à-dire, la vue que tu as de ton ombre. Ne porte pas sur moi un regard qui te ferait perdre de vue ton ombre, sans quoi tu prétendrais être Moi et tu sombrerais dans l’ignorance ; et ne porte pas sur ton ombre un regard qui te ferait perdre de vue Ma Personne, sans quoi tu serais frappé de surdité et tu ignorerais pourquoi Je t’ai créé. Garde donc un temps pour chaque chose. Si je t’ai doté de deux yeux en te créant, c’est pour que tu Me regardes de l’un et que tu regardes ton ombre de l’autre."

Les Gemmes précieuses, Sha'rânî
http://www.tabernacledeslumieres.net/

Libellés : , , , ,

2 commentaires:

À 18 juillet 2016 à 06:13 , Blogger LE THEATRE DU SINGULIER a dit...

Allah existait dans son Humanité parfaite ( Insan al kamil ) avant la création ..

 
À 18 juillet 2016 à 06:19 , Blogger LE THEATRE DU SINGULIER a dit...

Qui a dit ne suis-je pas votre seigneur ? celui la même qui répondit : que oui..
Si il n'y a aucun secret qui ne soit partagé par deux personnes, il n'y a pas de secret. Pourtant l'ignorance règne même chez les plus éduqués.

 

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil