dimanche 29 juin 2014

Les contraires

"Une des caractéristiques de l’amour est que l’amant concilie en son amour les contraires, afin qu’il puisse être réellement à l’image de Dieu, en vertu de la capacité à choisir dont il dispose. C’est la différence entre l’amour naturel et l’amour spirituel. Or l’être humain rassemble les deux. Et s’il concilie les contraires en son amour, c’est qu’il est à l’image de Dieu qui Lui-même s’attribue les contraires.
Il dit en effet : « Il est le Premier et le Dernier, et Il est l’Apparent et le Caché. »[1] L’amour concilie les contraires en cela qu’une de ses caractéristiques consubstantielles est de tendre à l’union avec l’aimé, tandis qu’une autre de ses caractéristiques consubstantielles est de vouloir ce que veut l’aimé, même si celui-ci choisit la séparation. Dans ce cas en effet, si l’amant choisit la séparation, il fait ce qui est contraire aux exigences de l’amour : puisque l’amour tend à l’union. Si à l’inverse il choisit l’union, il va également contre les exigences de l’amour, parce qu’un amant doit vouloir ce que veut l’aimé. L’amant est donc disculpé quoi qu’il choisisse. Et en définitive, le moyen de concilier ces deux exigences consiste à incliner pour la volonté de séparation de l’aimé [s’il la souhaite], mais pas pour la séparation elle-même, tout en aspirant à l’union. On ne peut aller plus loin. Cela s’apparente au fait d’agréer le décret de Dieu. L’individu qui agrée celui-ci est qualifié de satisfait, même s’il n’agrée par le fait décrété en lui-même."[2]

Ibn Arabi


Extrait de "l'amour universel, un cheminement soufi"


[1] Coran, 57 : 3.
[2] Futûhât, Chap. de L’amour.

Libellés : , , , , ,

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil