dimanche 29 juin 2014

L'amour narcissique

L’acte créateur, en tant que volonté de Dieu de se faire connaître, apparaît comme le fruit d’un amour ne sortant pas de Sa Personne. Muhammad al-Daylamî dit en ce sens:
 « L’amour, en son origine, découle du fait que le Très-Haut ne cesse d’être caractérisé par Sa [divine] dilection. C’est en Lui un attribut permanent. Du fait qu’Il ne cesse de Se regarder, par Lui-même et pour Lui-même, de la même façon qu’Il est existent à Lui-même, par Lui-même et pour Lui-même.



Aussi, s’aime-t-Il Lui-même, par Lui-même et pour Lui-même. En conséquence, l’amant, l’aimé et l’amour sont une seule et même chose indivisible. Parce qu’Il[1] est l’essence de l’unité. Or, dans l’unité, il n’y a pas « une chose » et « une chose » »[2]


[...] Ainsi, Dieu aima-t-Il se voir, ou voir Sa beauté, en un « autre » que Lui-même, et Il créa les choses.
Il créa par conséquent le monde à l’image de Sa beauté. Par suite, comme Dieu n’aime que Lui-même et que cet amour a précisément pour support Sa création, Il aime Sa création de ce même amour qu’Il se voue à Lui-même.

Citons ici ces très beaux vers d’un poète inconnu :

Ni la taille élancée, ni le regard fardé
Associé à grâce d’une lèvre empourprée,
Ne serait digne, ô Dieu, d’être en rien admiré,


Extrait de "l'amour universel, un cheminement soufi"


[1] Dans le texte, le « Il » peut être renvoyé à Dieu ou à l’amour.
[2] ‘Atf al-Alih al-Ma’lûf ‘alâ al-lâm al-ma‘tûf. Muhammad al-Daylamî.

Libellés : , , , , , , , ,

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil