samedi 15 juin 2013

Affinité entre Dieu et l'homme

Quant aux affinités [entre Dieu et l’homme] qu’il ne convient pas de retranscrire dans les livres, il en est une propre aux êtres humains, évoquée par la parole du Très-Haut : « Il t’interrogent au sujet de l’esprit. Dis-leur : l’esprit relève de mon Seigneur. »[1] Car Dieu indique qu’il s’agit d’un fait seigneurial qui dépasse l’entendement. Plus explicite encore est cette autre parole du Très-Haut : « Puis lorsque j’aurais parfait sa forme et que j’aurais insufflé en lui de Mon esprit, tombez prosternés devant lui. »[2]
C’est pourquoi il ordonna aux anges de se prosterner devant Adam. Ce fait est également indiqué par la parole de Dieu : « Nous avons fait de toi un lieutenant sur terre. »[3] Car Adam ne serait pas digne de cette lieutenance sans cette affinité. L’envoyé de Dieu (S) y fait également allusion lorsqu’il dit : « Dieu a créé Adam à Son image. » Certaines personnes, ne voyant que la forme extérieure et sensible, ont adopté sur cette base une doctrine anthropomorphiste. Mais Dieu est bien au-delà de ce que prétendent les ignorants.
Il est également fait allusion à ce point dans la parole de Dieu adressée à Moise : « J’étais malade, et tu ne m’as pas rendu visite. » Moise lui répondit : « Ô Seigneur comment cela est-il possible ? » Dieu ajouta : « Mon serviteur nommé untel était malade et tu ne lui as pas rendu visite. Or si tu l’avais fait, tu M’aurais trouvé auprès de lui. » Cette affinité ne se révèle qu’en pratiquant assidument les adorations surérogatoires, outre l’accomplissement irréprochable des adorations obligatoires, comme le dit le Très-Haut dans le hadith : « Mon serviteur ne cesse de se rapprocher de Moi par ses adorations volontaires jusqu’à ce que Je l’aime. Et lorsque Je l’aime, Je suis l’ouïe dont il use pour entendre, la vue dont il use pour voir, la main dont il use pour saisir et le pied dont il use pour marcher. » Il s’agit là d’un sujet à l’abord duquel il convient de retenir les élans du cœur. Car les gens forment des partis sur la question.

Extrait du Livre de l'amour, Ihyâ' 'ulûm al-dîn, Abû Hamîd Al-Ghazâlî




[1] Coran, 17 : 85.
[2] Coran, 15 : 29.
[3] Coran, 38 : 26.

Libellés : ,

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil