dimanche 30 juin 2013

Vertu

L’affection découle du caractère vertueux des hommes ; à l’inverse, la désaffection découle du caractère vicié des hommes. La vertu appelle l’amour partagé, la concorde, l’harmonie ; le vice appelle l’exécration mutuelle, la rancœur réciproque et la division. De louables actions ont ainsi de louables conséquences.
lire davantage »

Libellés : , , ,

Catégories d'objets d'amour

Tout objet d’amour s’inscrit dans l’un des cas de figure suivants : soit il est aimé pour lui-même sans être un moyen servant une fin au-delà de lui, soit il n’est qu’un moyen servant une fin au-delà de lui. Cette fin peut se limiter à un avantage en ce monde, se rapporter à un bien [promis] dans l’Au-delà ou bien ne se rapporter qu’à Dieu Seul.
Les objets d’amour se résument ainsi en quatre catégories.
lire davantage »

Libellés : , , ,

De la réaction face aux nuisances

L’attitude vertueuse consiste à opposer de la bienfaisance à l’individu malveillant si sa nuisance te touche personnellement. Si en revanche elle touche une autre personne ou si elle constitue une transgression d’ordre divin, il n’est pas bon d’y opposer de la bienfaisance, parce que bien agir envers un malfaiteur contribue à causer du tort à sa victime. Or, le droit de la victime doit être défendu prioritairement, et réconforter celle-ci en se désolidarisant de l’offenseur plaît davantage à Dieu que de faire plaisir à cet offenseur. Si en outre l’offensé n’est autre que toi-même, le mieux à faire est [effectivement] de pardonner.
lire davantage »

Libellés : , , ,

Du partage

L’entraide financière entre les frères se situe sur trois niveaux.
Le moindre consiste à voir ton frère comme un esclave ou un serviteur et à subvenir à ses besoins au moyen de tes biens excédentaires. S’il éprouve un besoin et que tes excédents suffisent à couvrir ce besoin, tu dois t’y employer de ta propre initiative, sans le contraindre à te demander. Mais cette attitude est très insuffisante relativement au strict devoir de fraternité.
lire davantage »

Libellés : , ,

Livre de l'amour, Ghazâlî


Livre de l'amour, Revivification des sciences religieuses (ihyâ' 'ulûm al-dîn) Abû Hamîd Al-Ghazâlî.

Libellés : , , , , , ,

mardi 25 juin 2013

Textes de références sur l'amour divin

L’idée d’amour [divin] est établie par la parole du Très-Haut : « Il les aimera et eux l’aimeront. »[1], ainsi que par Sa parole : « Et ceux qui croient éprouvent pour Dieu un amour plus grand encore. »[2] Ces versets démontrent que l’amour dont il est question est bien une réalité, et que les degrés d’amour varient.
L’envoyé de Dieu (S) a posé l’amour de Dieu comme une condition de la foi dans de nombreuses traditions. Abû Razîn al-‘Uqaylî lui avait ainsi demandé : « Ô envoyé de Dieu, qu’est-ce que la foi ? » Il avait répondu : « C’est d’aimer Dieu et Son envoyé plus que tout. »
lire davantage »

Libellés : , , , , ,

jeudi 20 juin 2013

Amour de Dieu exclusif

Quiconque entretient un amour pour un être autre que Dieu, sans rapporter cet amour à Dieu en amont, fait acte d’ignorance et montre combien il connait peu le Très-Haut. Puis l’amour du prophète (S) est louable parce qu’il est l’essence de l’amour de Dieu. C’est également vrai de l’amour des savants et des hommes pieux, parce que l’aimé de l’aimé est aimé, or l’envoyé de l’Aimé [divin] est aimé ; puis quiconque aime l’aimé est aimé en retour.
lire davantage »

Libellés : , , , , ,

samedi 15 juin 2013

Affinité entre Dieu et l'homme

Quant aux affinités [entre Dieu et l’homme] qu’il ne convient pas de retranscrire dans les livres, il en est une propre aux êtres humains, évoquée par la parole du Très-Haut : « Il t’interrogent au sujet de l’esprit. Dis-leur : l’esprit relève de mon Seigneur. »[1] Car Dieu indique qu’il s’agit d’un fait seigneurial qui dépasse l’entendement. Plus explicite encore est cette autre parole du Très-Haut : « Puis lorsque j’aurais parfait sa forme et que j’aurais insufflé en lui de Mon esprit, tombez prosternés devant lui. »[2]
lire davantage »

Libellés : ,

lundi 10 juin 2013

L'éducation de l'âme, Ghazâlî

L'éducation de l'âme, Revivification des sciences religieuses (ihyâ' 'ulûm al-dîn) Abû Hamîd Al-Ghazâlî.

Libellés : , ,

vendredi 7 juin 2013

Vertu et équilibre

Ce qu’il convient donc de trouver est l’équilibre entre l’avarice et l’excessive prodigalité, afin de se situer au centre et de se tenir le plus loin possible des extrêmes. Si tu veux connaître ce centre, considère l’action qu’implique la caractéristique répréhensible : si elle t’est plus aisée et plus agréable que l’action qui lui est opposée, c’est que cette caractéristique prédomine en toi.
lire davantage »

Libellés : , ,

mercredi 5 juin 2013

Connaissance de soi

Sache que si le Très-Haut veut un bien pour Son serviteur, il lui fait prendre conscience de ses défauts.
Quiconque est pleinement lucide n’ignore pas ses défauts et peut donc les soigner. Mais la plupart des gens ignorent leurs défauts ; chacun voit le fétu dans l’œil de son voisin et ne voit pas le tronc dans le sien.
Quiconque veut prendre connaissance de ses défauts, dispose de quatre méthodes:
lire davantage »

Libellés : , , ,

mardi 4 juin 2013

Patience

La première chose par laquelle doit être éprouvée la vertu de quelqu’un est sa patience face aux nuisances. Quiconque se plaint du mauvais caractère d’un autre, révèle que le sien l’est aussi. Car la vertu consiste à endurer les nuisances.
lire davantage »

Libellés : , , ,

dimanche 2 juin 2013

Indigence et renoncement

"Revivification des sciences religieuses" (ihyâ' 'ulûm al-dîn), chapitre de l'indigence et du renoncement.

Libellés : , ,

Au delà du renoncement

Nous avons donc défini cinq dispositions dont la plus noble est celle du renoncement.

Mais au-delà de ces cinq dispositions, il en est une autre plus sublime que celle du renoncement. Elle est celle de l’individu qui voit d’un œil égal l’opulence ou la privation : qu’il dispose d’argent ou non, il ne s’en réjouit pas et ne s’en incommode pas davantage.
lire davantage »

Libellés : , ,